L'eau dans le monde... pas tous égaux !

1 milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, et 2,6 milliards ne disposent pas d’assainissement de base.

Selon les pays, la différence de consommation journalière d’un habitant est gigantesque : même si les ressources disponibles sont suffisantes, les moyens présents pour exploiter cette ressource sont parfois insuffisants.

MOYENNES DE CONSOMMATIONS JOURNALIÈRES DANS QUELQUES PAYS DU MONDE :

  • États-Unis 450 L/j/habitant
  • Canada 340 L/j/habitant
  • Japon 320 L/j/habitant
  • France 150 L/j/habitant
  • Israël 135 L/j/habitant
  • Royaume-Uni 132 L/j/habitant
  • Afrique (zone urbaine) 75 L/j/habitant
  • Afrique (zone rurale) 10 à 20 L/j/habitant
  • Norme Mondiale de l’Unesco 35 L/j/habitant

Les ressources en eau sont inégalement réparties, un cinquième des Hommes n’a pas accès à l’eau potable. Dans le monde, 9 pays se partagent 60 % des réserves en eau.

Le Brésil, la Russie, les États-Unis, le Canada, la Chine, l’Indonésie, l’Inde, la Colombie et le Pérou disposent à eux seuls de 60% des ressources.

Face à eux, certains pays situés dans les régions arides souffrent du manque d’eau (Koweït, Émirats Arabes Unis, Singapour, Maroc, Algérie, Kenya…). Leurs habitants disposent de moins de 500 m³ d’eau par an (tous usages confondus). Ce qui correspond pour l’Unesco au seuil de pénurie.

Une source de conflits…

L'eau ne connaît pas les frontières. De nombreux pays doivent se partager des fleuves ou des nappes souterraines. Mais lorsque l’eau manque, la tentation est grande de se l’approprier. Le partage de l’«Or bleu» est à l’origine de nombreux conflits dans le monde qui opposent soit différents usagers dans un même pays, soit différents pays partageant la même ressource.

La Vallée du Nil est appelée «vallée de la discorde». L’Ouganda, la Tanzanie, le Kenya, le Zaïre, le Burundi, le Rwanda, l’Éthiopie, le sud de l’Érythrée et l’Égypte, (9 pays) convoitent cette ressource.

Le Sénégal, le Mali et la Mauritanie ont des accords sur le prélèvement des eaux dans le fleuve Sénégal.

Quelques 300 zones de conflits potentiels ont été recensées sur le globe : 260 bassins versant sont partagés par plusieurs pays.

Pourcentage d’eau provenant de pays voisins :

  • Irak : 43 %
  • Belgique : 72 %
  • Égypte : 97 %
  • Israël : 100 %

L’eau infestée ou souillée par les organismes peut être meurtrière.

La non potabilité des eaux consommées porteuses de germes, moustiques et de virus (choléra, hépatite …) entraînent le décès de 8 millions de personnes, et des maladies pour 25 millions. Les pays riches sont épargnés par ces maladies : les milieux tempérés sont moins favorables au développement des parasites, et l’ajout de chlore dans l’eau permet de combattre ceux qui sont adaptés à notre climat.

Exposition ALTÉRITÉ

Cette exposition est née de la coopération décentralisée et des liens qui se sont développés entre le Ganzourgou (Burkina Faso) et le Grand Reims (en savoir plus). A chaque nouvelle mission, les élus et techniciens du nord comme du sud prennent des photos pour partager ce qu’ils ont vu et ressenti au cours de cette expérience unique. Ainsi, l’exposition met en parallèle des visuels de notre environnement et de notre quotidien au nord, comme au sud.

Les titres et phrases d’accroche (souvent issues de la sagesse africaine) visent à mettre en évidence ce qui nous rapproche et nous différencie, mais aussi les intérêts bilatéraux que nous avons à échanger sur nos expériences et à croiser nos regards. Car, nous sommes finalement dépendants les uns des autres et nous partageons les mêmes enjeux d’avenir.

Cette exposition réalisée en plusieurs exemplaires, est disponible auprès de la direction de l'eau et de l'assainissement du Grand Reims, mais aussi à Tinqueux, Boudry et Zorgho, et peut être utilisée comme support d’animation dans les écoles.